multidimensionnalité

multidimensionnalité
Bienvenue

mardi 10 janvier 2017

NOURRITURE PHYSIQUE MULTIDIMENSIONNELLE - LES VÊTEMENTS VRAIS



L'alimentation multidimensionnelle en lien avec la nourriture que nous avons besoin de recevoir est non pas uniquement dans notre corps physique, mais dans chacune des dimensions fondamentales de notre Être.

Soit donc 7 grandes catégories : la nourriture physique (l'activité), la nourriture éthérique (la vitalité ou la sexualité), la nourriture astrale (l'émotivité), la nourriture mentale (la pensée), la nourriture causale (la volonté ou la créativité), la nourriture psychique (l'amour) et la nourriture atmique (l'intuition).

ICI donc, nous parleront de la nourriture physique – Les vrais vêtements 




Le choix de nos vêtements en dit long également sur qui nous sommes et sur ce dont nous avons besoin. Nous portons des vêtements vrais lorsque nous les choisissons nous-mêmes et lorsqu'ils reflètent vraiment ce que nous voulons porter.

Aimons-nous les vêtements neufs ou usés, voir même troués ? Les vêtements serrés ou amples, de soirée ou de sport, sexés ou pudiques, originaux ou conventionnels, colorés ou de teinte sobre, avec des tissus imprimés ou unis, de style masculin ou féminin, ornés de bijoux et d'artifices ou complètement dépouillés...?

Quelle que soit notre préférence, pour une longue période, une seule journée ou quelques minutes seulement, le choix de nos vêtements affiche une partie de ce que nous sommes, ou cache une partie également de qui nous sommes, si nous n'osons pas porter les vêtements qui nous attirent vraiment ou qui nous font rêver. Et tout ce que nous portons, nous nourrit d'une certaine façon. C'est si vrai que ceux et celles qui sont parents et qui savent cela, n'obligent jamais leurs enfants à porter ou ne pas porter tel ou tel vêtement, telle ou telle coupe de cheveux, tel ou tel bijoux, telle ou telle sorte de bottes ou de souliers.

C'est d'ailleurs en laissant les enfants et les adolescents se vêtir, se peigner, s'agrémenter ou non de bijoux tel qu'ils le souhaitent, que nous leur permettons d'être véritablement eux-mêmes, de se connaître davantage, d'intégrer plus rapidement certaines expériences et de pouvoir passer à d'autres éventuellement.

Lorsque nous sommes empêchés de vivre quelque chose, cette impulsion, cet élan, ce goût, restera généralement emprisonné en nous, jusqu'au jour ou de façon douce ou brutale, nous nous permettrons enfin de le vivre.

Un détail aussi : l'argent n'est pas un critère pour évaluer le côté vestimentaire de quelqu'un. Évidemment, il y a des exceptions comme les fourrures, les diamants, les marques très coûteuses... qui ne peuvent être portés que par des gens fortunés. Mais en général, avec tous les magasins qui existent de vêtements neufs ou usagés, à prix régulier ou de liquidation, il est possible de trouver des vêtements qui nous représentent bien même si nous avons un tout petit budget.

L'excuse monétaire convient surtout aux gens qui sont plutôt indifférents aux vêtements qu'ils portent. Il est intéressant de remarquer également que notre tendance à porter les mêmes vêtements ou à changer souvent, signifie elle aussi quelque chose. En général  (bien que toutes les généralisations ont aussi des exceptions), nous pouvons dire que le fait de porter presque toujours les mêmes vêtements, témoigne d'une grande activité interne (ex : une grande activité mentale ou créative) qui nous nourrit suffisamment, au point de ne pas être ennuyé par le fait de porter fréquemment les mêmes vêtements.

À l'inverse, les périodes où nous changeons très souvent nos vêtements sont parfois des périodes ou nous avons le sentiment que ça ne va pas assez vite dans notre vie, que les changements que nous souhaitons prennent du temps à survenir, alors nous provoquons de la nouveauté, du changement, par le fait de porter ou d'acheter des vêtements différents.

Je veux aussi ajouter une note particulière au sujet des couleurs que nous choisissons (cela est valable pour les vêtements, comme pour les objets ou les décors). L'arc-en-ciel de couleur qui va du violet au rouge (violet, indigo, bleu, vert, jaune, orange, rouge) correspond à des vibrations énergétiques qui passent du très subtil au très dense (certains parlent parfois du plus spirituel au plus matériel).

Ainsi, lorsque nous nous habillons en violet ou d'une couleur qui se rapproche du violet, c'est que nous avons besoin de nous entourer d'énergies subtiles ou spirituelles. À l'inverse, lorsque nous nous habillons d'une couleur qui se rapproche du rouge, cela peut signifier que nous avons besoin de nourrir notre aura d'une énergie plus dense ou plus matérielle (parfois le reflet de nos activités  plus denses, ou d'autres fois, pour contrebalancer des énergies trop subtiles ou trop volatiles que nous ressentons).



Exemple : une personne qui fait beaucoup de méditation et de pratiques spirituelles, pourrait aimer porter du rouge pour s'aider à se " grounder " par moments, ou à l'inverse, une personne pourrait aimer porter du rouge parce que dans son tempérament général, elle aime les activités plus denses, plus physiques, plus sportives, plus matérielles.

En général, lorsqu'un type de vibration ou de couleur est très présent dans notre aura, nous n'avons pas le goût de porter cette couleur, cela ferait comme une surcharge énergétique en nous. Une clairvoyante m'avait par exemple dit, lors d'un atelier de croissance de fin de semaine, que mon aura était pleine de bleu indigo, et je lui ai dit que cela ne me surprenais pas puisque je n'avais presque jamais ressenti l'envie de porter de vêtements bleus dans ma vie.

Toutes les couleurs signifient quelque chose, et comme il y a en nous les énergies d'essence et d'égo, de vie et de mort, chacune des couleurs peut être portée, aimée, pour son côté plus lumineux ou pour son côté plus ténébreux. Toutes les couleurs ont ces deux volets.

Exemple : l'orange est parfois associé à une spiritualité et une honnêteté forte en soi, d'autres fois, il signifie l'orgueil spirituel ou mystique, la vanité face à son potentiel. Le noir qui est l'absence de toutes les couleurs correspond parfois à un besoin de calme, d'introspection, d'anonymat social (dans son volet plus sombre, il peut correspondre à un besoin de destruction et d'autodestruction).

Le blanc qui est la somme équilibrée de toutes les couleurs correspond parfois à un besoin d'équilibre interne, d'expression harmonieuse de soi, de contact joyeux avec les gens (et dans son volet plus sombre, il peut signifier la volonté de tromper les gens sur qui nous sommes, de vouloir avoir l'air plus pur que nous le sommes ; Jésus parlait autrefois des " sépulcres blanchis ").

En ce qui concerne les vêtements noirs ou blancs, j'ai une certaine expérience. J'ai vécu presque toute mes années collégiales et universitaires habillée de noir, et récemment, j'ai vécu trois années particulières de ma vie ou je fus incapable de porter autre chose que le blanc. Je mettais un pantalon ou un gilet de couleur, et quelques minutes après, j'avais une sensation profonde de malaise et d'étouffement, je devais l'enlever pour me mettre quelque chose d'autre, et uniquement en blanc. Même l'hiver ! Même si le blanc est salissant et peu pratique.

Ce n'était vraiment pas un caprice ou une mode pour moi, mais une nécessité. Depuis que j'ai accouchée de ma petite fille, je luis mets des vêtements de différentes couleurs et j'ai recommencé à être capable de porter à nouveau d'autres couleurs que le blanc, bien que cela reste la couleur dans laquelle très souvent je me sens le mieux. Il est donc utile de ne pas nous faire de portrait rigide de nous-mêmes avec les vêtements et les couleurs. Nous changeons au fil du temps... au fil de nos prises de conscience et de nos transformations internes, et avec les expériences nouvelles qui surviennent, il est naturel que nous ayons besoin de choses nouvelles, d'activités nouvelles, d'amis nouveaux, de vêtements nouveaux.

Cela correspond aux différentes étapes de notre vie que nous traversons.


Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source de Francesca : A l’ère de la Multidimensionnalité