multidimensionnalité

multidimensionnalité
Bienvenue

dimanche 29 janvier 2017

Des OBJECTIONS SUR LES NOUVEAUX ENFANTS


1. Ce n’est pas nou­veau, il y a toujours eu des enfants merveilleux. Certains l’ont tellement été que leur souvenir s’est perpétué du Bouddha (Gautama) et des 24 sages des Jaïns jusqu’à Sainte Thérèse de Lisieux, etc. Le premier de tous les enfants indigos est indubitablement Krishna qui naquit aux Indes à Vrindavan 2000 ans avant notre ère ; il avait, lui, vraiment cette couleur bleu-indigo sur tout son corps et tous les artistes par la suite l’ont toujours représenté ainsi. Il en est de même actuellement avec Amma (Mata Amritanandamayi, 1953) qui est révérée sur toute la terre et aux Indes. Des enfants sages, doux et compatissants, il y en a eu partout dans toutes les générations. Particulièrement il faut noter Krishnamurti (1895-1986) dont la radiance a été reconnue dès son adolescence et  Ma Ananda Moyi (1896-1982) qui rayonnait dès l'enfance. Marie-Madeleine Davy (1903-1998) a eu dès son enfance la pleine conscience d'être happée par l'Absolu.



2. On ne saisit bien la nature de ces enfants qu’en fréquentant un Tulkou (réincarnation volontaire d’un Lama, comme le Dalaï-Lama, le Karmapa, Kalou ...). Eux aussi offrent le contraste de période de grande sagesse et de stupéfiant éveil dans un corps d’enfant, puis de périodes d’espièglerie et de jeu, avec cependant une incroyable facilité pour réapprendre.

D’ailleurs une hypothèse est que la théorie des Enfants Indigos ne soit que l’extension à l’Occident de la pratique des Tulkous tibétains et de la doctrine des Boddhisatvas qui se réincarnent volontairement pour sauver l’humanité. Pourquoi ne pourrions-nous pas aussi profi­ter de ce qui autrefois était réservé au Tibet ?

3 . De plus ce n’est pas uniforme, cette sagesse se paye par des enfants exceptionnellement et précocement méchants. De sorte que l’on peut affirmer exactement le contraire la violence n’a jamais été aussi précoce, on n’avait jamais vu des assassins délibérés de 6 à 7 ans, on n’avait jamais vu autant de violences, de viols, de crimes et de meurtres dans les écoles par les enfants eux-mêmes. Des banlieues devenues des zones de non-droit sont livrées à des bandes de délinquants de plus en plus jeunes. Et la dernière mode de ces enfants est d’aller tagger les monuments aux morts et de profaner les cimetières, les tombeaux et les cadavres. Sexe, haine, drogue, rébel­lion, racket, harcèlement, refus de toute éducation et de toute autorité, précocité de toutes les perversions sont le lot de ces enfants.

Donc la vérité est maintenant dans une question de proportion et de pourcentage. Il y aurait soudain une plus grande proportion d’enfants doux et éveillés (et peut-être aussi d’enfants violents et méchants). Mais comment en faire une mesure et apporter la preuve qu’il y en a plus qu’autrefois ? Hubert Montagner dans les années 70 avait filmé pendant 10.000 heures derrière des glaces sans tain le comportement des enfants de trois ans à la maternelle. Et il en avait tiré des styles de communication les Socialisateurs, les Agressifs, les Craintifs et les Isolés. Les Socialisateurs correspondent à nos Enfants Indigos ce sont des leaders nés, consolateurs, protecteurs, constructeurs, échangeurs, avec des conduites d’apaisement. Ils ont une longue résistance à la frustration. Mais ils n’y en avait que deux ou trois par classe. Les Agressifs étaient bien plus nombreux, instables et inattentifs, ils cassaient, démolissaient, frappaient dure­ment sans raison et sans prévenir. Et ce comportement agressif était installé durablement dès 14 mois. Bien entendu ces découvertes avaient rendu fous de rages les instituteurs partisans de “ l’égalité des chances au départ “. De même qu’ils ont tout fait pour nier la réalité des enfants surdoués et les empêcher de progresser à leur rythme.

4. Une dernière objection-hypothèse est que tout ceci provient de l’éducation. Tout vient en effet de la conception que l’on se fait de l’enfant. Pendant des siècles, on a considéré que les enfants étaient de petits sauvages qu’il fallait civiliser et les châtiments corporels étaient de règle à l’école comme dans la famille (gifles, fessée et martinets). La concep­tion positive de l’enfant commence avec Rousseau pour lequel “l’enfant naît bon, c’est la société qui le pervertit “. Depuis 1968, se développent la reconnaissance des droits de l’enfant et la fin des enfants-martyrs, des abus sexuels, des réseaux pédophiles, du travail précoce et des enfants-esclaves. Une éducation libérale, permissive. non-violente, respectueuse de l’enfant et de sa créativité est en train de s’installer progressivement. De nouvelles écoles apparaissent avec Montessori, Decroly, Ferrière, Freinet, NeiI, Dolto, Oury, Steiner, Krishnamurti et toutes les écoles parallèles ou alternatives. Donc les enfants spiritualistes ou indigos deviendraient visibles, car ils sont désormais respectés, écoutés et reconnus, alors qu’autrefois ils étaient découragés ou opprimés avec tous les Mozarts assassinés.

5. D'ailleurs certains confondent enfants indigos et enfants turbulents ou mal élevés.

- En particulier aux USA où l'on laisse tout faire aux enfants, il y a eu des problèmes avec ceux qui ne tiennent pas en place et qui perturbent la classe. On les nomme "hyperkinésiques" et on essaie de les calmer en leur donnant tous les jours de la Ritaline. Alors s'est développé chez certains parents un mouvement anti-ritaline, qui par opposition en vient à faire de tout enfant désagréable, un enfant indigo. Il ne faut pas confondre "enfant à problème" et "enfant apaisant". Certains enfants sont turbulents et semblent plutôt fait pour le sport ou une activité physique car ils ne tiennent pas en place et ne veulent pas rester des heures assis immobiles à lire, écrire ou écouter. Pendant des générations ils ont été à leur place dans l’agriculture.

- De même certains ont été tentés de voir des enfants indigos dans tous les enfants à problème, comme les autistes qui ne communiquent pas, les surdoués contrariés, les débiles, les anorexiques et les enfants psychotiques… D’autres les disent enfants de parents homosexuels ou incestueux.



Nous parlons finalement d’enfants éveillés spirituellement de façon précoce et cela est encore moins facile à observer et à mesurer scientifiquement. Car ces enfants ne sont pas des adultes et restent toujours des enfants. Ils aiment jouer, rire, s’amuser, plaisanter et parfois chahuter. Ils ne savent pas tout et ont aussi besoin” de faire l’idiot “. Comme parfois ils peuvent s’isoler, faire silence, se relier à ce qu’ils ont de meilleur en eux, méditer, entrer en extase, commu­nier avec la nature et l’Absolu. Et parfois, lorsqu’ils sont en confiance, ils peuvent nous le dire et nous aider. Tout est là, dans cette dimension partagée. Ils ne s’ouvrent que dans l’acceptation et l’amour. Lorsqu’on ne saisit pas leur niveau, la fleur se referme, leur lumière s’éteint et ils peuvent se montrer désagréables. Comme les enfants surdoués ils peuvent aussi avoir des difficultés lorsqu’on les traite en bébé ou qu’on veut leur apprendre ce qu’ils savent déjà. On peut d’ailleurs se demander si certains enfants à problèmes (autistes, psychotiques, anorexiques ...) ne sont pas des enfants exceptionnels qui n’ont pas été reconnus et ont été opprimés.


Ecrit par Marc-AIain DESCAMPS

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source de Francesca : A l’ère de la Multidimensionnalité