multidimensionnalité

multidimensionnalité
Bienvenue

lundi 12 décembre 2016

L'AMOUR HUMAIN - La Conscience externe





L'amour humain ressemble parfois à l'Amour divin, à première vue, mais il est loin d'être aussi inconditionnel, aussi élevant, aussi remplissant.

L'amour humain est principalement basé sur les relations de dépendance. L'amour humain donne lorsqu'il sait ou sent qu'il recevra en retour.

L'amour humain est imprégné de l'égo humain comme nous le verrons bientôt...



L'ÉGO

Qu'est-ce que l'Égo humain ?

L'Égo humain est la partie humaine qui s'est désalignée d'avec la Conscience Suprême. C'est la somme des facettes humaines qui ne sont pas imprégnées d'Intelligence Divine, d'Amour Divin et de Puissance Créatrice Divine.

Autrement dit, l'Égo humain c'est le déploiement des énergies à l'encontre du Plan Divin, à l'encontre du Service Divin, à l'encontre de l'Harmonie Divine qui réunit les êtres.

L'Égo c'est l'égoïsme sous toutes ses formes:

L'orgueil, la gourmandise, la convoitise, la colère, la luxure, la paresse, la jalousie, la peur, la méchanceté, la criminalité...

Tout ce qu'un être humain peut faire, dire, sentir, penser, imaginer... pour se satisfaire en devenant dépendant de l’extérieur, et bien souvent au détriment des autres êtres.

Il s'agit d'une attitude de repli sur soi, de fermeture aux autres et à leur bonheur, d'indifférence ou d'insensibilité face à la sensibilité des êtres vivants près de nous.

L'Égo se développe d'incarnation en incarnation, chaque fois qu'un être agit sans se relier à son Être Suprême, sans être conscient des conséquences que cela entraîne.
Cet être développe un deuxième centre de gravité, le premier étant dans sa Lumière, son Essence, sa Conscience Suprême.

Par moments, il agira en accord avec sa Lumière, et dans d'autres moments, il pourra agir en accord avec ce qui est plus sombre en lui et qu'on appelle son Égo humain, son petit moi humain au lieu du Grand Soi Divin.


LE FAUX AMOUR

L'Égo agit parfois pour faire plaisir aux autres mais ce sera toujours parce qu'il en retire une récompense. Il s'agit donc d'une forme d'action qui ressemble à l'Amour mais qui n'en est pas. C'est le faux amour du petit égo.

L'Égo donne un cadeau pour en recevoir un ou pour recevoir... une promotion, une attention, une caresse...

L'Égo donne pour bien paraître, pour briller, car en réalité il se sent petit, bien petit.
Et naturellement, l'Égo est frustré, fâché, en colère, lorsqu'il ne reçoit pas ce qu'il avait imaginé.

Il déprime, il chigne, il grogne, il cogne, il frappe, il crie, il pleure, il gémit, il a pitié de lui.

L'Égo cherche constamment sa satisfaction à l'extérieur de lui-même puisqu'il s'est coupé de sa Source véritable de satisfaction: l'énergie infinie de l'Être Suprême. Il est donc constamment à la recherche de quelque chose, il est comme un puits sans fond, comme un éternel adolescent jamais content.

L'Essence elle, est totalement différente, elle est comme un petit enfant qui s'émerveille, remercie, sourit à la vie, aux êtres, et a tout ce qui est petit ou grand qui survient.


L'Essence divine puise constamment à la Source infinie, l'énergie de l'Être Suprême qui donne en abondance, qui se plaît à nourrir les êtres, sans rien attendre en retour, comme le fait le soleil en distribuant généreusement ses rayons, sa chaleur, sa lumière...

L'Essence reconnaît que bien des situations ne sont pas idéales, cependant elle ne se plaint pas de la situation et n'accuse pas constamment les autres pour cela, elle se responsabilise et fait chaque jour ce qu'elle peut pour améliorer la situation. L'Essence oeuvre, crée, améliore constamment tout ce qu'elle touche, tout ce qu'elle côtoie.

L'Essence voit le bon côté des êtres, des choses et des événements et en tout temps reste dans le Calme, la Paix et l'Amour.

L'Égo voit le mauvais côté des êtres, des choses et des événements, et régulièrement s'agite, crée des conflits, compétitionner et haïr tout ce qui va à l'encontre de sa volonté à lui.



Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source de Francesca : A l’ère de la Multidimensionnalité