multidimensionnalité

multidimensionnalité
Bienvenue

lundi 17 octobre 2016

Les systèmes glandulaires de l’être humain sont en mutation



Les systèmes reproducteurs réagissent / Depuis quelques décennies, le rythme de croissance s’est accéléré. Votre croissance physique ou psychique est associée à la glande épiphyse, ou pinéale, elle-même associée au chakra de la couronne, et elle interagit avec la lumière. La lumière lui est indispensable, qu’elle provienne de vos disques solaires intérieurs, c’est à dire de vos chakras, des émanations des êtres vous entourant, ou bien du feu intraterrestre et du Soleil.

Lors que la discrimination et l’iniquité sévissent, les conflits naissent, les combats deviennent de plus en plus violents, et les relations humaines se détériorent et s’assombrissent. Lorsque l’homme est affecté par des conditions de vie rudes, et que l’impuissance et une sensation de solitude pèsent sur lui, il émet moins de lumière, celle dont ont besoin les autres et lui-même pour croître et évoluer. Les relations humaines se ternissent.

Le règne de l’argent nourrit sa quête de possessions, de pouvoir et de sécurité. Cela l’entraîne même dans l’évaluation financière de la reproduction, car les systèmes reproducteurs sont de moins en moins équilibrés. En général, la lumière entre les hommes est moins intense et, parallèlement, de plus en plus d’individus craignent les rayons du soleil. La glande épiphyse est affectée.



Le système endocrinien en intense mutation / La glande pituitaire est la glande maitrise du corps humain  et du système nerveux central. Elle est en connexion constante avec l’esprit, lui-même associé au chakra du troisième œil. Elle gère les informations codifiées reçues des particules et des cellules. Elle gère aussi les sécrétions hormonales de tout le système endocrinien. La glande pituitaire est reliée à l’hypothalamus par la tige pituitaire. Avez-vous observé que ces glandes, qui étaient vraiment maîtresses quant à l’équilibre de toutes les glandes, sont affectées par les conditions de vie ?

Observons l’hypothalamus. Cette glande établie le lien entre le système nerveux et le système endocrinien. Elle agit entre autres comme un régulateur du sommeil, de la température du corps, de la faim, de la soif, de l’activité sexuelle et des émotions. Elle est en relation avec les systèmes végétatifs, comme le rythme respiratoire et le rythme cardiaque. Or, les conditions de vie ont fait en sorte que tout ce qui est associé à la faim et à la soif, par exemple, est déréglé chez l’être humain.

Pourquoi ?

Parce que ce dernier n’a pas été à l’écoute de son corps et que les produits de consommation qu’on lui a offerts ne respectent pas le corps. En effet, puisque tous les aliments fluides ou solides contiennent du sucre, ce qui affecte, bien entendu, tout le mécanisme de la digestion, ainsi que le pancréas, et dérègle les glandes salivaires et le processus de la faim ou de la soif. Les individus se nourrissent en abondance d’une nourriture qui n’est plus adéquate. En outre, leur nourriture n’a pas un apport suffisant d’enzymes nécessaires à sa transformation et ne stimule pas non plus la production enzymatique.

Cela crée un confit avec les signaux gérés par l’hypothalamus. Les choix de boire et de s’alimenter n’étant plus une réponse à la demande de l’intelligence cellulaire, ce qu’ils mangent ne correspond pas à leurs besoins. Vous constaterez aussi que de façon générale, les humains ont beaucoup plus de difficultés à s’équilibrer lors de changements de température. Ils vivent beaucoup d’arythmies respiratoires et cardiaques. Ils ont de la difficulté à évaluer la bonne nourriture pour eux. L’hypothalamus est déréglé durant la transition.

L’hypophyse émet un très grand nombre d’hormones et stimule les sécrétions hormonales ainsi que l’équilibre de toutes les glandes. Elle pourvoit à la gestion de tout le système nerveux central. Le processus de transmutation amorcé crée une très grande turbulence de cette glande, affectant toutes ses fonctions.

Quelles en sont les conséquences ? De plus en plus, plusieurs individus ressentent des malaises non pas psychiques ou spirituels, mais des malaises physiques causés par des déséquilibres hormonaux. Ils ne peuvent pas dire qu’ils ont mal à l’estomac, à l’intestin, ou à la tête. C’est une turbulence qui entraîne beaucoup de dérèglements des cycles féminins, du système reproducteur et des cycles masculins. De façon générale, à ce jour, l’hypophyse ne remplit plus totalement sa fonction. Les dérèglements prennent souvent des proportions inquiétantes dont les effets ne sont reliés à aucune cause. Plusieurs individus sont confrontés à des problèmes inflammatoires chroniques. Les diagnostics de syndrome de fatigue chronique, de dépression et de maladies auto-immunes abondent.

Avez-vous remarqué autour de vous le nombre de personnes dont la glande thyroïde ne fonctionne pas bien ? Celle-ci assure normalement l’équilibre du métabolisme et de l’énergie. Mais à ce jour, elle semble totalement déréglée quant au rythme juste de production de ses sécrétons. Les surproductions ou sous-productions de sécrétions thyroïdiennes durant la période de transmutation sont observables chez presque tous les humains. Elles engendrent beaucoup de difficultés à la fois physiques et psychiques.



Observez autour de vous. Les malaises se suivent comme s’ils se concurrençaient. Un malaise à l’estomac, puis aux poumons et à l’intestin, puis de l’hypoglycémie, puis des symptômes de dépression. On remarque des problèmes de distribution de l’énergie dans le corps à la suite de ces grands dérèglements de la glande thyroïde. Mais quelle est la source première de ces dérèglements ? C’est la difficulté pour l’être à se déployer en cohérence avec son essence. Lorsqu’un individu s’exprime dans sa vie à partir de ses dons, de ses qualités, il crée de la joie en lui. Or, c’est cette joie qui crée l’équilibre des glandes, particulièrement de la glande thyroïde, du pancréas et de la rate. La joie semble créer des enzymes de vitalité, tandis que les émotions lourdes génèrent instantanément des toxines et des déficiences dans la formule sanguine et la formule énergétique.

Que se passe-t-il avec le pancréas lorsque presque tous les aliments sont imprégnés de sucre ? La glycémie et le diabète sucré augmentent. Dans sa mutation, le pancréas cherche à produire de nouvelles sécrétions pour réagir au sucre quasi omniprésent et en très grande quantité, et pour compenser la faible qualité nutritive des aliments. Les aliments sont de moins en moins adéquats. Ils ne fournissent plus les nutriments essentiels contribuant au maintien de la santé et d’une bonne vitalité.

Sanctus Hermanus canalisé par Pierre Lessard Sur le blog de Francesca http://francesca1.unblog.fr/