multidimensionnalité

multidimensionnalité
Bienvenue

lundi 4 juillet 2016

Vivre Dans Sa Multidimensionnalité



Je veux maintenant expliquer ici ce qu’est notre nature multidimensionnelle parce que l’Amour que nous avons à redécouvrir et les pardons que nous avons à vivre, sont dans toutes les dimensions de notre Être, en fait, ils sont reliés aux 7 Grandes Dimensions que voici :

1) LA DIMENSION ATMIQUE : Esprit Divin (Intelligence Amoureuse, unification, intuition...)
2) LA DIMENSION PSYCHIQUE : Âme Divine (Amour, motivation, aide variée...)
3) LA DIMENSION CAUSALE : Âme humaine (Volonté, créativité, spontanéité...)
4) LA DIMENSION MENTALE : Pensée (Lecture, écriture, discussion, analyse...)
5) LA DIMENSION ASTRALE : Émotivité (Désirs, attentes, peurs, tristesses...)
6) LA DIMENSION ÉTHÉRIQUE : Vitalité (Immunité, sexualité, tendresse...)
7) LA DIMENSION PHYSIQUE : Activité (Sports, exercices, hygiène, danse...)

Les 7 Dimensions que je viens d’énumérer sont expliquées de façon détaillée à travers ce blog, et le "Lexique de Psychologie Multidimensionnelle"  sur le site de Julie Morin - L’ÉCOLE VIRTUELLEwww.everyoneweb.fr/ecolevirtuelle ou ici : www.juliemorin.ca

Tel que je le comprends actuellement, la première Dimension de notre Etre (la Dimension Atmique) est pure à 99%, elle comprend très peu d’égo. C’est la racine de notre individualité, là où le scénario du rêve est très  subtil et est exprimé avec grande Intelligence et avec Grand Amour. Lorsque l’Atman ou l’Esprit Divin individualisé se purifie totalement, il devient le Christ ! C’est l’état intérieur en nous où tout, absolument tout est fait dans l’Amour et l’Intelligence absolue, dans l’Union avec tout ce qui est. Il n’y a plus de perception de séparation au niveau du Christ et plus aucun emprisonnement dans une forme précise.



La deuxième Dimension (la Dimension Psychique ou Bouddhique, dépendamment des Écoles spirituelles), celle de l’Âme divine, est pure à 98%, c’est aussi le tout début de l’égo, de ’individualité, il y a un tout petit peu moins d’Intelligence, mais à ce niveau l’Amour est encore immensément présent dans  le scénario qui est créé. Devenir un Bouddha, c’est à mon avis, fusionner son âme humaine avec son âme divine, c’est donc un état intérieur où l’être prend désormais toutes ses décisions dans l’Amour. Alors que l’étape suivante encore plus élevée, celle de Christ, est celle où toutes les décisions seront prises dans l’Intelligence et l’Amour. (Une personne grandement sainte par exemple, peut être en grande partie au niveau Psychique ou Bouddhique, bien qu’elle ne soit pas encore au niveau Atmique ou Christique, car elle n’est pas encore fusionnée à l’Intelligence Universelle et au Christ.)

Dans la troisième Dimension, le rêve commence à devenir moins lumineux, au niveau du plan Causal. C’est la Dimension où se cristallise de plus en plus l’égo en nous. Car à ce moment, Dieu est rejeté à l’intérieur de nous, les projections intenses commencent... Nous prenons presque toutes nos décisions en nous pensant vraiment individualisé et souvent menacé. C’est l’étape où nous croyons avoir le libre-arbitre. Nous pensons choisir... alors que c’est la peur et la culpabilité en nous qui choisissent. Nous jouons avec notre créativité, dans le monde du rêve qui vient d’être fait... mais cela n’est rien en comparaison de la véritable Créativité du Christ ou de Dieu. Notre créativité d’âme humaine est plutôt conçue pour gémir, pour nous plaindre, pour dépeindre l’égo ou encore pour fuir et oublier notre peur, notre culpabilité de nous être éloigné de Dieu, de l’Esprit Divin et Christique Originel que nous sommes.

Dans la quatrième Dimension (la Dimension Mentale), le rêve devient souvent très intellectuel et froid, dépourvu de la chaleur de l’Amour : un univers de pensées, de jeux de formes abstraites, de chiffres, de comparaisons, d’analyses, de discussions... où le jugement fait souvent son apparition et où le verdict de culpabilité de soi ou des autres apparaît souvent, car nous ne voyons pas que nous projetons sur les autres nos propres peurs et que toutes ces formes et ce monde devant nous sont simplement notre miroir ainsi qu’un grand jeu d’illusions pour nous garder éloigné de la Source.

Dans la cinquième Dimension (la Dimension Astrale), que les gens peuvent visiter en faisant du « Voyage astral », par le corps astral (car en fait, nous avons un corps d’énergie plus subtil ou plus dense en lien avec chacune de ces Dimensions), la densité est encore plus grande et les illusions de conflits encore plus nombreuses. Il y a beaucoup de problèmes relationnels, d’élan de domination, de possession, de mensonge, de dissimulation...

Cependant, ce plan est suffisamment subtil encore pour que les êtres puissent s’y déplacer par le vol plané ou par la dématérialisation, simplement en pensant à l’endroit où ils veulent aller, comme c’est le cas pour les déplacements dans les plans Mental, Causal, Psychique et Atmique. Il y a aussi beaucoup d’Écoles différentes avec des enseignements différents, chaque groupe essaie d’avoir le plus d’adeptes dans son clan car chacun se nourrit de l’énergie des gens, au lieu de se nourrir à la Source directement. L’égo est très développé sur le plan astral : gourmandise, luxure, orgueil, paresse, envie, convoitise, colère, etc...

Dans la sixième Dimension (la Dimension Éthérique), la Terre est au niveau  édénique, elle n’est pas polluée comme au niveau physique et les animaux présents ne se dévorent pas entre eux. Le corps éthérique des individus est presque intact, en comparaison du corps physique qui peut, lui, être grandement blessé (ex : si un individu s’est fait couper un bras et dit qu’il le sent encore, c’est une partie de son bras éthérique qu’il se trouve à ressentir ; également, un personne non-voyante, sur le plan physique, pourrait avoir ses yeux presque parfaits sur le plan éthérique ou le plan astral). Dans cette Dimension se trouve aussi la réserve d’énergie sexuelle que nous avons.

L’énergie vient des plus hautes Dimensions, traverse toutes les couches de notre Être, toutes les couches vibratoires de notre rêve, et vient se cristalliser dans notre corps éthérique. Dans la Dimension Éthérique, tous les initiés qui ont des expériences sexuelles, les ont au niveau Tantrique, sans expulser leur énergie de vitalité.

Dans la septième Dimension (la Dimension Physique), nous sommes à un niveau très dense et tous les déplacements sont lents et compliqués, nous devons utiliser des voitures, des trains ou des avions pour les grandes distances. Quelques rares êtres spirituels sont capables de se dématérialiser et se rematérialiser à l’endroit de leur choix sur ce plan. Tout ce qui est fait dans cette Dimension est fait avec plus de lenteur et cela nous permet de vérifier davantage l’état de nos pensées.

Les décors et les vêtements ne peuvent être changés par la simple pensée comme dans le plan astral et les autres plans encore plus subtils... Nous devons penser grandement à ce que nous voulons, pour ensuite trouver une façon, dans la densité, de mettre en forme ce désir que nous avons, en trouvant le bon endroit ou les bons matériaux qui nous sont nécessaires. C’est un plan où les êtres sont très très amnésiques de leur Nature Originelle, où la peur est très fréquente et très intense et où l’argent influence bien des situations. La souffrance et la maladie sont courantes dans ce monde, et peu de gens se souviennent que tout ce qui leur arrive ici a d’abord pris naissance dans leur mental. Les gens essaient donc de changer la forme, l’extérieur, quand ils sont insatisfaits, au lieu de changer leur monde intérieur. C’est une quête sans fin de changements et de mouvements extérieurs pour fuir toujours plus les émotions de peur, de colère, de culpabilité qui sont en nous... C’est aussi la seule Dimension où l’illusion de la mort existe et où les gens peuvent se suicider !



Il existe toute une série de Dimensions encore plus denses que je ne détaillerai pas ici, en comparaison des Dimensions plus subtiles que la Dimension physique que l’on peut appeler les Supra-dimensions.



Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source de Francesca : A l’ère de la Multidimensionnalité