multidimensionnalité

multidimensionnalité
Bienvenue

dimanche 21 août 2016

DIFFERENCE ENTRE LE PARDON ET LE PARDON QUANTIQUE



Je vais t’expliquer la différence avec le pardon habituel, enseigné depuis des milliers d’années, et qui laisse toujours des traces subtiles de colère dans le cœur des gens habituellement. Le pardon quantique, ou le pardon d’unification, tel que tu le comprendras bientôt, rend toute colère impossible !

Dans le pardon conventionnel, il y a une forme de sentiment de supériorité qui s’établit face à un geste désagréable qui a été causé... La personne pardonne en se sentant meilleure que l’autre, plus Spirituelle, plus avancée. Cela n’aide pas beaucoup l’autre personne, car elle se sent toujours diminuée dans ce type de pardon, et la personne qui croit avoir ainsi pardonnée, se sent tellement différente de l’autre personne, qu’elle s’en éloigne subtilement et cela ne l’aide pas vraiment à harmoniser sa relation.

Il y a aussi l’attitude inverse : la personne pardonne en se sentant égale ou inférieure à l’autre. Elle se traite de pauvre pécheresse et dit donc à l’autre qu’elle est pardonnée car elle voit les gens comme de pauvres pécheurs, comme des martyrs qui doivent s’accepter les uns les autres. Cela peut donner une certaine Paix intérieure, mais en profondeur rien n’est réglé.

Le pardon quantique ou le pardon d’unification est relié à la compréhension profonde de la projection qui peut prendre des années et des années avant d’être bien comprise. Lorsqu’une personne comprend que ce qu’elle porte de conflit en elle, dans son inconscient, elle le projette sur les autres... elle comprend que ce qui lui est fait, est en fait, ce qu’elle elle a fait à d’autres moments donnés. La forme extérieure peut être différente, mais le contenu de la peur et de la culpabilité qui a poussé à l’acte est identique.



Ainsi, en voyant ses mécanismes de projection, une personne en vient à voir que les autres sont son propre miroir. La façon dont les autres nous traitent est directement reliée à la façon dont nous nous traitons nous-mêmes, ou dont nous traitons les autres, et tout particulièrement, la façon avec laquelle nous traitons Dieu (tel que je l’ai déjà dit : la part la plus intacte de ce que nous sommes Originellement).

Quand quelqu’un est capable de voir que les autres sont son miroir, le pardon devient de plus en plus rapide, parce que pardonner à l’autre c’est en fait se pardonner à soi-même. En d’autres mots, c’est réaliser que si j’arrive à comprendre que l’autre a fait ce qu’il a fait à cause de la peur et de la culpabilité... je parviendrai à comprendre que moi aussi, bien des fois, je fais des choses également dans la peur  et la culpabilité. Et lui pardonner c’est me pardonner, ou me pardonner c’est lui pardonner.

Ce type de pardon nous unit à l’autre,  il défait le sentiment de supériorité ou d’infériorité qui pouvait être présent, il réunit les gens et leur montre la nature identique de l’égo en tout être humain. Sur ce chemin, un individu en vient à découvrir que tous les égos qu’il voit sont en fait des facettes de son propre égo, et qu’en vérité, il n’existe qu’un seul égo sur Terre. Tout comme il n’existe qu’un Esprit d’Unité.  Cette compréhension est extrêmement profonde et conduit de nombreux êtres mystiques ou spirituels à dire qu’en vérité, il n’y a que soi dans le monde, il n’y a personne d’autre. Tout ce que l’on fait, c’est à soi qu’on le fait, et tout ce qui est pardonné, c’est à soi qu’on le pardonne. Cette vision du monde nous permet de voir que ce que nous voyons chez les autres c’est uniquement nous : notre essence Divine ou notre égo.

Ainsi, on découvre que tout ce qui nous entoure est illusion, est projection de soi, lorsque nous sommes dans l’égo, et si nous voyons l’Amour, si nous ressentons l’Amour, nous sommes en contact avec la Réalité, la partie pure et immortelle en chacun, en soi, dans l’Esprit d’Unité que nous sommes.

Pour parvenir à bien comprendre la projection, le miroir et le pardon d’unification, il est souvent nécessaire de passer à travers bien des exemples de vie personnels... Les regarder, les analyser, les méditer, les prier, avec le souhait que l’Esprit Divin, la Source, Dieu en nous, nous montre le lien direct entre nous et les autres... le processus d’aimantation, de matérialisation ou de projection d’une partie de nous, à l’extérieur de nous, afin de donner forme à une scène conflictuelle de notre vie.



Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source de Francesca : A l’ère de la Multidimensionnalité