multidimensionnalité

multidimensionnalité
Bienvenue

samedi 13 août 2016

METHODE ETHERIQUE MULTIDIMENSIONNELLE POUR DECRISTALLISER L’EGO


Vous trouverez sur ce blog : 25 Méthodes que nous pouvons utiliser pour décristalliser notre égo.

Ces méthodes se situent dans 5 dimensions différentes : Physique – Ethérique – Astrale  - Mentale et Causale




Voici donc ci-dessous en second lieu la méthode ETHERIQUE :


              1)    Faire une place nouvelle dans notre vie à la Sexualité tantrique. 

L’égo de luxure (qui est l’égo qui veut constamment des plaisirs sexuels éphémères, des orgasmes multiples en masturbation ou en relation de couple) est insatiable, il en veut toujours plus, et plus il s’exprime, plus il dévitalise notre corps, plus nous nous sentons vide énergétiquement, et plus nous avons faim à nouveau d’expériences sexuelles, qui nous videront encore davantage. C’est un cercle vicieux qui nous conduit de plus en plus bas et qui nous rend de plus en plus dévitalisés, tout en nous faisant vieillir de plus en plus vite. Cet égo est souvent comme un énorme monstre en nous. Pour le faire diminuer, pour le décristalliser peu à peu, il suffit de vivre de plus en plus notre sexualité de façon tantrique …

De cette façon, notre essence va grandir avec la nouvelle énergie que nous allons accumuler et nous aidera à ne pas nous laisser autant manipuler par l’égo de luxure en nous. De plus, dans l’acte d’Amour sexuel et spirituel (en faisant l’Amour tantriquement), l’énergie est très très forte en nous et si nous demandons ensemble, tous les deux, à la Mère divine de nous aider à comprendre ou à décristalliser une partie d’un de nos égos, elle pourra intervenir avec davantage de force à ce moment.

C’est donc une double utilisation de la Sexualité tantrique pour apprendre à décristalliser nos égos.

2 ) Éviter les personnes qui contribuent généralement à dynamiser nos égos.

Nous connaissons tous dans notre entourage des gens qui vivent davantage dans leur essence ou dans leur égo, et à leur contact, nous sentons que notre essence ou notre égo se sent dynamisé(e), renforcé(e). Il est donc intelligent de choisir qui nous voulons fréquenter et quand, afin de ne pas plonger trop fortement dans notre égo. Certaines tentations sont parfois bonnes et formatrices, mais dans certaines situations, les tentations deviennent trop fortes, trop puissantes pour nous, et nous sommes comme hypnotisés et incapables de revenir à notre essence. Alors si vous savez quelles sont les personnes dans votre entourage qui vous pousseront davantage vers la drogue, la violence, la colère, la luxure, l’orgueil, la déprime, etc... réduisez ou éliminez ces fréquentations dans votre vie et augmentez plutôt le nombre de visites en personne (ou de contacts au téléphone ou sur Internet) avec des gens qui sont plus souvent dans leur essence et qui vous aideront à rester davantage dans votre essence.

3) Arrêter les projections et les accusations

Nous perdons un temps très précieux à accuser les autres et à voir en eux nos défauts cachés que nous n’aimons pas regarder (nous projetons sur eux notre ombre, notre égo). À la place, nous pourrions nous occuper de notre vie et de nos défauts, et chercher constamment à nous améliorer. C’est une partie du sens de la phrase de Yeshua : « Cessons de regarder la paille dans l’œil de notre voisin, et retirons plutôt la poutre qui est dans notre œil. » Plus un être devient conscient, plus il prend le temps qu’il a de disponible pour s’occuper de son propre cheminement et décristalliser du mieux qu’il le peut ses égos. Plus un être est inconscient, plus il va plutôt mettre son attention sur les autres, remarquer leurs défauts, les accuser, et vouloir changer les autres. C’est une façon de fuir son monde intérieur et de se perdre dans le monde extérieur. Les accusations sont inutiles aussi, en lien avec ce qui a été expliqué dans l’introduction : chaque individu ne peut vivre que comment il sent que c’est le mieux pour lui de vivre, compte tenu de son propre bagage de connaissances et d’expériences.

Par conséquent, quand nous accusons souvent les autres, c’est comme si nous voulions qu’ils soient plus âgés cosmiquement qu’ils le sont. C’est une situation impossible qui amène une grande charge de frustration. Mieux vaut laisser les gens cheminer du mieux qu’ils le peuvent avec les compréhensions présentes qu’ils ont... et faire de notre côté tout ce que nous pouvons pour devenir plus conscient de qui nous sommes et vivre davantage dans notre essence lumineuse en faisant toutes sortes d’activités lumineuses qui finiront par aider les gens qui résonneront avec nos vibrations.

4) Voir les forces des autres pour voir aussi les forces en nous.

Une autre façon de nous connecter davantage à notre essence est de chercher à voir l’essence en l’autre, en les autres. Tel que je l’ai mentionné plus haut, chaque être humain est fait d’un mélange de forces et de faiblesses, mais il n’en tient qu’à nous de mettre notre attention sur les forces des gens au lieu de mettre notre attention sur leurs faiblesses, et d’observer leur essence et non leur égo, au besoin même, d’imaginer comment ils seront quand ils seront débarrassés de certaines facettes d’égo et seront davantage dans leur essence (nous pouvons imaginer cela aussi pour nous-mêmes).

Comme le dicton le dit : « La vie est comme un verre rempli à moitié. Certains le voient à moitié vide, d’autres, à moitié plein. » Notre bonheur dépend grandement de nos perceptions, de là où nous mettons notre attention. Si nous observons principalement les forces des gens, il y aura aussi un effet secondaire très important, nous serons de meilleure humeur avec eux, plus gentil, plus tolérant, plus aimable... et les gens nous le rendront souvent : ils seront à leur tour plus gentils, plus tolérants, plus aimables avec nous. Tout notre quotidien s’en verra transformé.

Et naturellement, plus nous serons capable d’apprécier les forces des gens, et de leur dire, plus ils auront envie de dynamiser encore plus ces forces en eux, ils s’amélioreront donc constamment, et nous, par effet miroir, nous ferons la même chose avec nous-mêmes, nous verrons davantage nos forces et nous aurons davantage envie de les faire grandir.

Il est donc très précieux d’avoir un équilibre dans notre vision de la nature de nous-mêmes et des gens : voir l’essence, et voir aussi l’égo (notre égo, idéalement), pour apprendre à le décristalliser. Mais pour maintenir un moral haut, il ne faut pas toujours regarder notre égo, il faut avoir des moments où nous contemplons et apprécions notre essence et ses forces, et d’autres où nous devenons conscients de nos facettes d’égo à transformer.

5) Être de plus en plus doux (douce) avec soi, agir avec douceur en tout et partout.

Tout ce qui n’est pas la douceur vient de notre égo. Alors quand nous sommes durs avec nous-mêmes, il est clair que nous sommes sous l’emprise d’une facette de notre égo. La douceur vient de notre essence, et nous aide à rester sensibles au lieu de nous fermer, nous replier sur nous-mêmes, nous barricader et développer encore plus de facettes d’égo !

Yeshua nous suggérait autrefois « d’être miséricordieux ». Ce que très peu de gens ont compris est que la miséricorde commence envers soi. Être miséricordieux c’est accepter nos faiblesses actuelles, nous Aimer tel que nous sommes, nous pardonner (même si nous sommes en démarche pour nous améliorer...).

Et cette miséricorde ainsi que cette douceur envers nous-mêmes se répercutera dans nos relations avec les autres. Nous serons plus doux et plus miséricordieux envers les autres, et les autres le seront aussi envers nous. Alors chaque fois que nous avons un élan d’égo pour nous punir, nous blesser, nous détruire, ou encore pour agir de même envers les autres, nous pouvons nous rappeler que si nous parvenons plutôt à être doux envers nous et les autres, à dialoguer calmement, à chercher à guérir et à construire, nous nous sentirons beaucoup mieux et les gens avec lesquels nous sommes en relation se sentiront beaucoup mieux aussi, et cela nous reviendra automatiquement !



Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source de Francesca : A l’ère de la Multidimensionnalité