multidimensionnalité

multidimensionnalité
Bienvenue

dimanche 15 mai 2016

ÉGO : énergies multidimensionnelles



Partie de notre Être constituée d'énergie causale, mentale, astral, éthérique et physique, qui ne sont pas alignées avec la volonté des plans psychique et atmique, soit avec la volonté de l'âme divine et de l'Esprit divin. Autrement dit, chaque  fois que sur le plan causal, l'âme humaine, face à une décision, a pris le chemin inverse à celui que lui dictait son amour et son intuition, une cristallisation d'énergie d'une nouvelle nature s'est faite et a graduellement formé ce que nous pouvons appeler "l'égo".

L'égo est donc constitué d'énergie relativement dense mais se prend pour l'énergie la plus subtile (l'énergie psychique et atmique) puisqu'il ne connaît pas cette énergie plus subtile.



L'égo est doté d'autonomie et peut créer à sa façon, autant qu'il le souhaite. Plus il est renforci, plus il dispose d'une puissante énergie et plus il devient difficile à maîtriser par l'âme humaine, qui, lors d'une certaine partie de son grand voyage spirituel, peut se retrouver avec une force égale celle de l'égo, ou même avec une force moindre.

L'égo, à court terme, vit des situations de plaisir (ex: consommation abusives de drogues et d'alcools, paresse, fuite, crimes, accusation des autres, domination des autres, orgueil, mensonges, irresponsabilité, repli dans le rêve, etc, etc...) mais toutes ces situations sont généralement créées par l'ignorance et par la peur, et à moyen ou à long terme, elles apporteront des malaises, des maladies, des conflits, des confusions, des souffrances de toutes sortes.

Plus l'âme humaine devient mature, plus elle reconnaît la nature de l'égo, plus elle la distingue de la nature de l' ESSENCE (voir ce terme dans le lexique) et plus elle réalise qu'il est préférable de ne plus nourrir cette partie égoïque d'elle-même (nous donner ce dont nous avons fondamentalement besoin toutefois, cela est nécessaire et n'est pas égoïste mais essentialiste).

L'égo sans nouvelle nourriture, se sent graduellement mourir (intérieurement nous pouvons croire que nous allons mourir, par exemple, si nous ne nous donnons pas une satisfaction habituelle nourrissant une certaine facette de notre égo) mais en réalité, il ne fait que se transformer, il se purifie, il se métamorphose graduellement à l'aide d'une nouvelle énergie, celle de l'essence, et devient une partie de nous de plus en plus lumineuse.

L'égo résiste fortement aux changements, tel un adolescent rebelle, mais lorsqu'il comprend qu'il peut vivre différemment, et avec plus de  bien-être à long terme, il accepte de se transformer.

L'égo n'est donc pas un ennemi en nous mais un adolescent à éduquer, à guider, à aimer (d'autant plus que certaines de ses réactions proviennent d'expériences immatures où il s'est blessé et qui l'ont porté à se replier sur lui-même), afin de lui montrer autre chose que ce qu'il connaît et qui l'a conditionné.

Une âme humaine qui a connu les chemins de l'égo, de l'ombre, et ceux de l'essence, est plus adaptée a ̄ se promener dans les différents univers qui existent, qu'une âme humaine n'ayant pas connu les pièges, les souffrances, les limitations du monde de l'égo. L'égo est responsable de toutes nos souffrances mais aussi, éventuellement, de la perte de notre naïveté dangereuse et donc de l'acquisition d'une plus grande conscience. Nos expériences dans l'égo ne sont donc pas à haïr (d'ailleurs ce serait l'égo lui-même qui haïrait !) mais à remercier pour ce qu'elle nous ont appris.

Et aussi difficile que cela puisse être, les apprentissages les plus  souffrants sont souvent ceux qui nous transforment le plus profondément et qui nous font par la suite connaître les bonheurs les plus grands !