multidimensionnalité

multidimensionnalité
Bienvenue

dimanche 15 mai 2016

ESSENCE : dimensions divines



Partie de notre Être qui est pure intelligence et pur amour. Il peut donc s'agir de notre Esprit divin ou de n'importe laquelle des parties plus denses qu'il a créé (voir le terme "DIMENSION" dans le lexique pour mieux comprendre la nature de ces parties), par exemple: l'âme divine et l'âme humaine utilisant son libre-arbitre selon la guidance qu'elle reçoit de l'âme divine et de l'Esprit divin.

L'essence en nous entraîne des expériences particulièrement lumineuses et heureuses puisqu'elles sont imprégnées d'amour et d'intelligence et que ces dernières créeront uniquement du "DHARMA", non pas du "KARMA " (voir ces deux termes dans le lexique). On reconnaît donc la présence de l'essence à la confiance, l'ouverture, la joie, l'émerveillement, la vie créative, la sensation du temps qui disparaît (dans le bonheur le temps passe et on ne le voit pas passer).

À l'inverse, les expérience dans ÉGO (voir ce terme dans le lexique) se reconnaissent à la méfiance, la fermeture, la tristesse, l'ennui, la vie routinière, la sensation du temps qui s'allonge de plus en plus (dans le malheur le temps semble s'étirer et les minutes ressemblent à des heures).

Il y a parfois des expériences d'égo qui font croire à la présence de l'essence, tel les différents plaisirs éphémères que procurent certaines facettes d'égo (ex: vengeance, orgueil, vol, drogues...). Toutefois, pour une âme humaine plus mature, l'égo ne peut jamais nous réjouir de la même façon que l'essence parce qu'il nous fait toujours ressentir une coupure, une rupture, une solitude particulière liée au repli sur nous-même ainsi qu'au rejet de certains êtres.

L'essence, elle, prend des chemins qui ne peuvent offenser les autres êtres. Dans l'essence, la sensibilité est si grande qu'il est impossible de faire notre bonheur au détriment des autres. Toutefois, il est possible que certaines personnes souffrent suite aux décisions que nous prenons dans notre essence, dans ces situations, il s'agit de l'égo de ces personnes qui souffre et non de leur essence.

Exemple: si une femme décide de divorcer de son époux, sachant que leur vie commune ne peut plus la rendre heureuse, il se peut que son époux en souffre si elle est dépendant affectif. Mais s'il est autonome, créatif et davantage centré (donc en contact avec son essence), il subira une brève période de déséquilibre et se retrouvera dans une nouvelle situation qui lui plaira peu après.

Il n'est donc pas toujours égoïste ou égoïque de prendre des décisions qui feront temporairement souffrir les gens dans leur égo. Au contraire, il s'agit parfois d'un geste aidant puisqu'il les propulsera vers la recherche d'une plus grande autonomie, d'une plus grande créativité et d'un meilleur équilibre personnel. L'essence se reconnaît aussi par la motivation, par l'intention qui nous anime et qui est imprégnée d'amour et d'intelligence. Extérieurement, un même comportement chez deux personnes différentes peut sembler le fruit de l'essence (ex: 2 personnes ouvrent la porte à quelqu'un).

Mais pour une personne clairvoyante ou pour la personne elle-même qui est consciente de ses intentions, il peut y avoir un élan égoïque à la base du comportement (ex: l'une des 2 personnes a décidé d'ouvrir la porte à une vieille dame car elle sait que quelqu'un d'autre la regarde et elle veut bien paraître). Ainsi, ce n'est pas uniquement par l'extérieur, par les apparences, que nous pouvons savoir si un comportement relève ou non de l'essence, mais par l'élan profond qui l'a motivé. Cette situation nous permet aussi de constater que bien qu'il est préférable d'agir dans l'essence, il existe ce qu'on appelle les "bons" égos et les "mauvais" égos.

Les bons, ce sont ceux qui nous font temporairement ressentir un plaisir mais qui ont quand même un effet destructeur au plus profond de nous (ex: une colère à cause d'un ou une amie qui s'est fait agresser). Cette colère peut nous donner l'élan nécessaire pour aider dans la situation, toutefois, cette colère nous ronge quand même l'estomac ou le foie; avec le temps, nous apprendrons à mobiliser notre énergie d'aide, sans passer par l'étape de la colère.

Le mauvais égo, lui, c'est celui qui ne nous apporte aucune satisfaction dans le présent (ex: la dépression, la frustration, l'ennui...). On peut toutefois dire qu'il y a une minime satisfaction à ce type de manifestation, soit le fait de ne pas se sentir responsable et de ne pas avoir à déployer d'énergie pour se créer une nouvelle vie.

S'il n'y avait aucune satisfaction, vraiment aucune, il serait impossible d'adopter ce comportement. Donc en résumé, les comportements dans l'égo nous laisseront à long terme un vide profond et nous isoleront des autres, et les comportements dans l'essence, à long terme également, nous donneront une joie intérieure profonde et nous réuniront à tous les êtres qui existent par l'amour et l'intelligence qui nous empliront grandement à ce moment.